Mise à jour du 10 avril  2017 : ajout d'une photo représentant des éléments de la voiture conservés au Musée du général Leclerc de Hauteclocque et de la Libération de Paris - Musée Jean Moulin Merci à Guilhem Touratier,Assistant scientifique des collections

 

 

Commandée le 4 avril 1941, cette 770k  carrosserie n° 200787, série 150 0061 0005 ne fût livrée que  le 2 février 1943 à Munich. On peut légitimement penser qu'elle était dévolue au service du Berghof à l'occasion de visites de personnalités ou pour quelques déplacements du Führer, plus à l'abri dans une voiture fermée en ces temps de plus en plus incertains pour lui.

On la voit par exemple à Salzbourg, au palais Klessheim, le 15 mars 1944, lors de la rencontre d'Hitler et de l'Amiral Horthy lors des discussions sur l'occupation de la Hongrie

 

Hitler & Horthy at a meeting in Berchtesgaden

 

 

Comme bon nombre des voitures du "Führer Complex" de Berstechgaden, la limousine se transforma en prise de guerre!

Il y a quelques années, aux Archives départementales de l'Orne, fût retrouvée une photo légendée "Mercedes d'Hitler, ramenée d'Allemagne par François Levesque, Mortagne-au-Perche, 1945." Sur le cliché, une grosse Mercedes, deux hommes penchés sur le moteur, et un soldat en uniforme américain. Cette découverte suscita la curiosité d'un journaliste du quotidien Ouest-France; Qui était ce François Levesque ? Qu'elle était son histoire et celle de la Mercedes ?

mystere-autour-de-la-mercedes-dhitler

C'est ainsi que l'on apprit que François Levesque,  décédé en 2011, s'engagé dans la 2e DB en août 44 à l’âge de 20 ans, quand l'unité du général Leclerc passe à Mortagne au Perche et fait ensuite toute la campagne d'Allemagne jusqu'à arriver à  Berchtesgaden fin avril 1945.

Lorsque la voiture de son lieutenant tombe en panne, le jeune sergent se met en devoir de lui en trouver une autre. Il s'adresse à un prisonnier allemand, lui demandant où trouver un garage. Ce dernier tente bien de « jouer » les deux Français en les conduisant d'abord dans un garage vide, mais devant le ton décidé des deux soldats prêts à en découdre,  l'allemand finit par les conduire à quelques kilomètres de là, en forêt, où se trouvaient des garages camouflés. A l'intérieur une bonne dizaine de Mercédès dont la Pullman Limousine sur laquelle ils jettent leur dévolu.

Mais la belle ne veut pas démarrer, pas plus que les autres d'ailleurs. Sans doute, une ultime manoeuvre des allemands pour éviter que ces voitures puissent servir aux troupes alliées. Mais au sein de la deuxième D.B. il ya des mécanos et ils sauront rapidement réveiller la belle endormie.

On exhibe la prise de guerre. Sur son passage, quelques allemands s'écrient "Hitler wagen" ! », l'auto d'Hitler !  En apprenant la valeur de leur prise, François Levesque et son lieutenant  emmènent le véhicule au Général Leclerc.

Mais celui-ci refusa le cadeau et le 8 mai 1945, il rédigea un ordre de mission  peu ordinaire: "Conduire la voiture Mercedes Benz Z 96-501 au Général de Gaulle, laquelle est offerte par le général Leclerc. C'est avec le général de Boissieu à son bord, que la limousine prend la route pour Paris (cf. Pour combattre avec de Gaulle par Alain de Boissieu).

 

z96501 hitler-mercedes-513aad2

 

Elle fût donc ramenée à Paris, comme en témoigne Jeanne, sœur du jeune soldat,  qui  a conservé une photo montrant son frère au Trocadero avec la grosse berline. « Après une étape dans un garage, pour la laver et la remettre en état, mon frère nous a emmenés faire un tour dedans avec mes parents » précisait elle au quotidien Ouest-France en 2014.

francois-leveque-ramene-la-mercedes-dhitler

 

Présentée au général de Gaulle  celui-ci ne souhaita pas la garder, la 770k fût confiée au Musée de l’Armée.

L'arrivée de la voiture ne passa pas inaperçue. Le journal "Le Monde" dans son édition du 1er décembre 1945 annonça l'évènement en ces termes : "Le 1er décembre, à 14 h. 30, dans les magasins des automobiles Renault, 51, avenue des Champs-Élysées, sera ouverte au public et jusqu'au 1er janvier (NDLR :1946) l'exposition de la voiture blindée de Hitler, capturée à Derchtesgaden le 7 mai 1945, offerte par le général Leclerc au général le Gaulle , qui l'a prêtée à " Victoire ", organisme national de solidarité combattante, 22, avenue Foch. Prix d'entrée : 10 fr. ; 5 fr. pour enfants et militaires en tenue.

Le bénéfice des entrées sera affecté aux œuvres de " Victoire ", qui vient en aide chaque jour aux victimes de la guerre"

110231501_o

z96501expo

Des éléments de la voiture sont conservés au Musée du général Leclerc de Hauteclocque et de la Libération de Paris - Musée Jean Moulin:

 

anciennes vitrines du musée de l’Ordre de la libération

 

Dans les quatre années qui suivirent, "Victoire" loua la voiture pour de nombreuses manifestations tant en France, qu'aux quatre coins de l'Europe. aux USA et au Canada, et parfois aux prix de quelques difficultés...

En effet, "Le Monde" du 10 février 1949, titrait : "On a retrouvé la voiture de Hitler". La lecture de l'article est particulièrement savoureuse :  "Une dépêche de Syracuse nous apprend que la voiture blindée de Hitler - la fameuse " limousine noire " à l'abri des balles, - que l'on considérait comme disparue, vient  être retrouvée dans un garage de cette ville. On rappelle à ce propos que ladite voiture, dont un groupe de soldats américains s'était emparé à Berchtesgaden, avait été offerte au général de Gaulle qui à son tour en fit cadeau à une organisation s'occupant d'orphelins de guerre français. Celle-ci l'avait louée successivement à des Anglais puis à des Américains, et ce sont ces derniers qui, ayant égaré la fiche du garage, ne savaient plus où ils l'avaient remisée..

On la voit ici à son arrivée dans le port de New York, le 23 juillet 1947

 

new york 23071947 110329577_o

Un télex avait annonçé son départ du Port du Havre(ci-dessous)

 

pullman limo 744_002

 

En 1949, le Musée de l'Armée s'en sépara, et elle fût acquise par un américain qui s'en servit pour des exhibitions au travers des Etats-Unis comme la Virginia State Fair ou la campagne électorale du Sénateur Georges Wallace, candidat à la présidence.

En 1986, elle était dans les mains d’un collectionneur américain de Philadelphie.

On sait qu'elle n'a subi aucune restauration et que son intérieur est défraichi. Mais aussi qu'elle n'aurait accompli que 9000 miles depuis sa mise en service...Malheureusement, elle aurait perdu ses anti brouillards, son phare Notek, quelques accessoires et sa radio. De même, elle aurait un impact de balle dans la lunette arrière, suite à une exhibition.

Reste le mystère de cette plaque d'immatriculation : Z 96 501. Ce qui est certain, c'est qu'il ne s'agit pas d'une immatriculation allemande. Néanmoins, la photo du site de l'Agence d'images de la défense, datée du 5 mai 1945 et prise à Berstechgaden par Philippe Héritier pourrait laisser penser que l'immatriculation d'origine pourrait être IA-148696. Auquel cas, et les Deutsche Wochenschau nous le démontrent, la Z 96 501 a bien servi à la Chancellerie du Reich.

 

TERRE-10402-R15_ret 5 mai 1945 berghof

 Quoi qu'il en soit, la voiture n'a pas réapparu depuis près de trente ans...

________________________________________________________________________________________________________________

Commissioned April 4, 1941, this body 770k No. 200787, serial 150 0061 0005 was not delivered until 2 February 1943 in Munich. One can legitimately think that it was vested in the Berghof service during VIP visits or trips to some of the Führer, more sheltered in a closed car in times of increasingly uncertain for him.

for example one sees in Salzburg at Klessheim Palace, March 15, 1944, at the meeting of Hitler and Admiral Horthy in discussions on the occupation of Hungary

Since many of the cars of the "Complex Führer" of Berstechgaden, the limo turned into a war prize!

There are a few years, the departmental archives of the Orne, was found a photo captioned "Mercedes Hitler, brought from Germany by François Levesque, Mortagne-au-Perche, 1945." On the plate, a big Mercedes, two men examined the engine, and a US soldier uniform. This discovery aroused the curiosity of a journalist from the daily Ouest-France; Who was François Levesque? It was his story and that of the Mercedes?

Thus we learned that François Levesque, who died in 2011, is engaged in the 2nd Armoured August 44 at the age of 20, when the unit of General Leclerc passes Mortagne au Perche and then made entire German campaign to reach Berchtesgaden end April 1945.

When the car of his lieutenant fails, the young sergeant proceeds to him to find another. It addresses a German prisoner, asking where to find a garage. It does attempt to "play" the two French by first leading them into an empty garage, but before the decided tone of the two soldiers ready to fight, the German eventually lead them to a few kilometers away, in the forest , where there were hidden garages. Inside a dozen Mercedes Pullman limousine on which they set their sights.

But the fair will not start any more than others elsewhere. No doubt a final maneuver of the Germans to avoid these cars can be used for allied troops. But in the second D.B. there are mechanics and they will soon awaken the sleeping beauty.

It shows off the spoils of war. On his way, some German exclaim "wagen Hitler!" "Hitler's car! By learning the value of their catch, François Levesque and his lieutenant take the vehicle to General Leclerc.

But he refused the gift and May 8, 1945, he wrote an order of unusual mission "Driving the car Mercedes Benz Z 96-501 General de Gaulle, which is offered by General Leclerc With the. General de Boissieu on board, the limo takes the road to Paris (cf. to fight with de Gaulle by Alain de Boissieu).

It was therefore returned to Paris, as evidenced by Jeanne, sister of the young soldier, who kept a picture showing his brother the Trocadero with the big sedan. "After a stop in a garage to wash and rehabilitate my brother took us for a ride in with my parents," she stated in the daily Ouest-France in 2014.

Presented to General de Gaulle it did not wish to keep the 770k was assigned to the Army Museum.

The arrival of the car did not go unnoticed. The newspaper "Le Monde" in its issue of 1 December 1945 announced the event in these words:. "On 1 December, to 14 h 30, in stores of Renault automobiles, 51, avenue des Champs Elysées, will be open to public and until 1 January (Note: 1946) the exhibition of the armored car of Hitler captured Derchtesgaden May 7, 1945, hosted by General Leclerc to General de Gaulle, who paid to "Victory" national organization of militant solidarity, 22 Avenue Foch admission: 10 fr, en 5 for children and military in uniform....

Earnings entries will be assigned to the works of "Victory", which helps each day to victims of war "

In the four years that followed, "Victory" rented the car for many events in France, to the four corners of Europe. USA and Canada, and sometimes the price of some difficulties ...

Indeed, "Le Monde" on February 10, 1949, headlined "Hitler's car was found." Reading the article is particularly tasty: "A dispatch from Syracuse reveals that the armored car of Hitler - the famous" black limousine "immune to bullets - that was considered extinct, just be found in a garage of this city. We recall in this connection that the said car, including a group of American soldiers had seized in Berchtesgaden, had been offered to General de Gaulle, who in turn gave it to an organization dealing with french war orphans. it had leased successively to English and then to the Americans, and it is they who, having lost the garage record, did not know where they had put away ..

She is seen here on his arrival in the port of New York, July 23, 1947

In 1949, the Army Museum separated himself, and it was acquired by an American who used to exhibitions across the United States as the Virginia State Fair or the campaign of Senator George Wallace, candidate to the presidency.

In 1986, she was in the hands of an American collector Philadelphia.

We know she has not undergone any restoration, and its interior is faded. But also that she would done 9000 miles since its commissioning ... Unfortunately, it would have lost its anti mist, his Notek lighthouse, some accessories and radio. Similarly, it would have a bullet hole in the rear window, following an exhibition.

There remains the mystery of this license plate: Z 96 501. What is certain is that this is not a German registration. Nevertheless, the Agency website of the photo images of defense, dated 5 May 1945 and taken by Philippe Berstechgaden Heir might suggest that the original registration could be AI-148696. In which case, and Deutsche Wochenschau we demonstrate, the Z 96,501 has served in the Reich Chancellery.

 
Anyway, the car has not reappeared since nearly thirty years ...